Houffalize

Bien abritée au creux de la vallée de l’Ourthe, la ville de Houffalize s’est construite le long des méandres de la rivière qui, au fil du temps, ont creusé l’écrin de verdure qui entoure la localité ardennaise. Houffalize tient son toponyme du latin "Alta Falesia", qui signifie "haute falaise" ou "haute roche".

Bien que la plupart des villages ardennais soient situés sur les hauteurs du plateau, juste sous la ligne de crête, là où jaillissent les sources ("en tête de vallée"), Houffalize a profité de l’élargissement du fond de vallée pour s’installer grâce l’action érosive de l’Ourthe orientale et de ses nombreux affluents.

En plus d’améliorer l’exposition du village, les affluents ont créés, grâce aux sédiments déposés à la confluence, un gué naturel permettant de franchir le cours d’eau aisément. Quant au cœur du Houffalize, il est venu se poser sur le versant qui a la pente la plus faible; c’est-à-dire sur la partie intérieure du méandre (rive convexe).

Le cours d’eau joue un rôle moteur dans le développement des villages : il facilite le transport de fret (bois, pierres, cuirs, tan, farine…) et, grâce à l’aménagement d’un bief, alimente des moulins. Voilà pourquoi les quelques villages implantés dans les fonds de vallée comme Houffalize ou encore La Roche-en-Ardenne sont devenues de véritables petites villes.

Cette configuration influencée par le relief de fond de vallée, a également forcé une densification de l’espace bâti, ce qui explique les nombreuses mitoyennetés entre les bâtiments.

D’un point de vue historique, Houffalize restera marquée à jamais par l’offensive Von Rundstedt. Le 26 décembre 1944, l’aviation américaine bombarde la localité, 10 maisons resteront debout sur 386 que comptait la ville et 189 victimes civiles furent retrouvées sous les débris.

Aujourd’hui, Houffalize est redevenue une étape incontournable pour les touristes amateurs de nature préservée et de promenades en tout genre. La ville s’est forgée depuis quelques années, une réputation internationale pour les amateurs de vélo tout terrain puisqu’elle accueille régulièrement,  depuis les années 1990, une manche de la coupe du monde. Cela lui a donné le surnom de « capitale belge du VTT ».