AccueilLes citoyens en actionFruitiers de variétés locales

Fruitiers de variétés locales

Autrefois, en haute Ardenne, tout un chacun, ou presque, derrière sa ferme, dans son jardin, possédait quelques arbres fruitiers hautes tiges. Les fruits servaient pour de nombreux usages, améliorant le quotidien des ardennais : confitures, compotes, jus, cidres, alcools, pâtisseries… Les variétés cultivées, venues petit à petit et par sélections successives, sont alors très diversifiées, adaptées au terroir, résistantes aux maladies et au climat. Après la seconde guerre mondiale, l’intensification des échanges commerciaux et des pratiques agricoles concourent à la disparition de la plupart de ces petits vergers. Dans les années ’60, une prime à l’arrachage proposée par la CEE, et dont on peut aujourd’hui encore mesurer les dégâts, est même distribuée aux propriétaires de vergers ! Concurrencés par les arbres fruitiers basses tiges, de variétés sélectionnées pour leur vitesse de croissance et pour la standardisation de leurs fruits, mais souvent inadaptées au sol et au climat ardennais, les arbres en place disparaissent peu à peu.  Or, la disparition de ces anciens vergers entraîne l’appauvrissement de la diversité fruitière mais aussi de la biodiversité. De nombreuses espèces de notre faune locale appréciant particulièrement ce type de milieux semi-naturels (mésanges, pics, chouette chevêche, insectes divers…) sont en forte régression.

Action vergers : nous organisons des distributions…

Depuis 2007, les distributions de fruitiers d’anciennes variétés se sont succédées dans chaque commune du Parc naturel. Nous avons commencé en 2007 par la commune de Gouvy, suivie par Bertogne, Houffalize, La Roche-en-Ardenne et Tenneville, pour terminer en 2012 par la commune de Sainte-Ode. Cette action, accompagnée de conseils à la plantation et à la taille, a toujours rencontré un vif succès. Et en dix ans, via les différentes actions menées dans ce sens, ce ne sont pas moins de 2532 arbres hautes tiges d’anciennes variétés qui ont été replantés. Les variétés choisies figurent parmi les variétés préconisées par le CRAw à Gembloux ainsi que d’autres variétés choisies pour leur rusticité.

Quel est l’intérêt d’utiliser ces anciennes variétés ? • Conserver et développer les ressources phytogénétiques  en fruitiers et retrouver des espèces locales; • Continuer à valoriser, à produire, à consommer et transformer nos fruits; • Sensibiliser les différents publics (locaux, scolaire ou visiteurs) à la plantation et à l’entretien des vergers hautes-tiges ou moyennes tiges de variétés rustiques; • Recréer un écosystème semi-naturel favorable à la faune et la flore (insectes mellifères, flore herbacée de prairies extensives, nombreuses espèces d’oiseaux insectivores et cavernicoles…); • Améliorer l’environnement paysager de nos espaces ruraux.

Liste des fruits découverts sur le territoire :

pomme Tonnelet – reinette Wibrin – pomme Angèle – poire de type Madame Favre

Liste des arbres locaux multipliés :

les 5 arbres cités ci-dessus ainsi qu’une reinette étoilée (jardin de la maison du parc) et une Belle de Boscoop (de type ancien, localement dite "Braibant").

Que signifie haute tige ?

On parle d’un arbre fruitier "haute tige" lorsque la variété que l’on souhaite développer (le greffon) est greffée sur un tronc (le porte-greffe) dont la hauteur est d’environ 2 mètres. Le houppier de l’arbre se développe ensuite à une hauteur permettant d’autres activités humaines (élevage, fauche, loisirs…).