AccueilLes citoyens en actionJardin naturel

Chambres d’hôtes pour inviter des "sauvages"… dans ton jardin !

"Tiens, de notre temps, on voyait beaucoup plus de libellules et de papillons…" ou encore "Quand j’étais petite, il y avait toujours des grenouilles près du ruisseau… On n’en voit plus !..."  De petites phrases comme celles là, les as-tu déjà entendues ? Je parie que oui !

Mais pourquoi donc ces animaux ne sont-ils plus là ? Ont-ils VRAIMENT disparu ? Beaucoup d’entre eux, les moins exigeants, sont encore bien présents. D’autres par contre se sont raréfiés. Et parfois, certains ont définitivement disparu ! Et pourquoi donc ?

La raison est tristement…très simple ! Ils ne trouvent plus de place pour vivre ! L’homme est devenu "trop" propre parce qu’il a moins besoin de la nature. Ta grand-mère aimait sans doute le gros roncier piquant pour cueillir les mures pour la confiture et les orties du fond du jardin pour faire une bonne soupe ou de l’engrais nature pour ses légumes. Ton grand-père, malgré quelques piqûres, aimait les abeilles sur les fleurs de son pommier… il savait qu’il pouvait compter sur elles pour avoir du miel ! Et les limaces qui mangent un peu ses salades ? Ce n’est pas grave, elles servent aussi à préparer du sirop pour la toux… (oui ! oui ! c’est bien vrai !).

Maintenant, on achète cela au magasin et on n’est plus obligé de le faire soi-même. Les petits jardins des gens sont donc devenus décoratifs. Finis les tas de fumier pleins de vers pour les poules… et les vieux tas de branches qui traînent l’hiver parce qu’on attend qu’ils sèchent pour faire les bûches… On tond, on pulvérise, on coupe, on range, on porte au parc à conteneurs… Il faut que ça soit "propre" !

Et nos pauvres petits amis – tritons, coccinelles, hermines, demoiselles ou hirondelles – ne trouvent plus aucune place pour grandir et s’abriter et ne savent plus quoi manger ! Plus de pucerons ni d’escargots, plus de trous pour se cacher dans les murs rejointoyés, plus de fenêtres un peu cassées pour entrer dans l’étable ! Quelle misère ! Pourtant, voici un simple exemple : sais-tu que l’ortie est un magnifique refuge garde-manger pour plus d’une centaine d’espèces différentes (chenilles, coléoptères, syrphes…) ? Vraiment, je crois qu’il va falloir leur donner un coup de pouce !

La première chose à faire, c’est d’inspecter ton jardin pour qu’il soit le plus varié possible. A la campagne, souvent, c’est encore très facile. Mais tu peux toujours améliorer, planter, inventer, construire avec ce que tu trouves sur place ou avec "un grand" si le travail est plus important. Même une petite terrasse peut accueillir un peu de nature. Surtout, amuse-toi à observer, tu seras très étonné !

Essaie d’avoir dans ton jardin...

  • un peu d’eau : petite mare ou grande soucoupe que tu remplis quand il ne pleut pas et qui abreuve le hérisson,
  • quelques pierres rassemblées en tas pour que les crapauds ou les lézards se cachent,
  • de grandes herbes à laisser faner pour y accueillir des multitudes d’insectes, ainsi que leurs œufs, leurs cocons, leurs chrysalides…
  • un tas de bois dans un coin discret ; il dissimulera peut-être le nid du troglodyte. En se décomposant, il abritera des larves qui nourriront les musaraignes ou le pic épeiche,
  • une petite haie avec des arbres à petits fruits (noisetier, aubépine, viorne obier, églantier…) pour servir de garde-manger aux sittelles, aux merles ou au muscardin.
  • des tournesols semés au printemps et laissés sur pied en hiver pour nourrir les mésanges, les pinsons…
  • une plante grimpante sur un mur (lierre, chèvrefeuille…) pour abriter des papillons, des chauves-souris, des oiseaux…
  • quelques tas de feuilles mortes à différents endroits pour les lombrics, les orvets…
  • des pots de fleurs, remplis de foin et suspendus aux branches pour les perce-oreilles dévoreurs de pucerons ou cachés dans le sol pour les bourdons,
  • des petits fagots de tiges creuses, attachées aux troncs pour les abeilles et guêpes solitaires,
  • une jolie mangeoire à l’abri des chats pour l’hiver…