AccueilLes citoyens en actionRéseau Observateurs

Observer, partager, encoder… et, pourquoi pas, faire partie de notre réseau d’observateurs naturalistes ?

Le Parc naturel des deux Ourthes, ce sont 76000 ha… 49% de forêt, 41% de terres agricoles, parmi lesquels des km de rivière, des centaines de ruisseaux et ruisselets, des zones humides ou encore d’innombrables chemins bordés de ronciers, … et à peu près 22000 habitants ! Un environnement auquel nous sommes habitués mais que nous ne connaissons pas toujours comme il se doit ! En effet, avoir un œil sur la nature qui nous entoure est important pour ne pas en perdre la diversité !

C’est l’objectif que s’est donné le réseau d’observateurs naturalistes.

Mais qui sont-ils ? … vous et nous bien sûr ! Certains s’y connaissent à peine, d’autres ne connaissent que les oiseaux, d’autres encore connaissent un peu tout mais sans être grand spécialiste… Ça aussi c’est la diversité et tous, nous pouvons apporter une pierre à l’édifice ! Le tout est de savoir à qui dire ce qu’on a vu …

Que peut-on voir ? Les animaux et les plantes les plus courants sont faciles à observer. Un écureuil qui se cache dans la haie, un nid d’hirondelle dans l’étable, c’est déjà utile ! Ainsi que le recensement des oiseaux de mangeoires ou des papillons en été et dont vous avez sans doute entendu parler. Mais parfois vous "tombez" sur une observation moins fréquente qu’il serait important de relayer.

Où observer? Partout ! Dans votre jardin, dans le ciel, lors de votre promenade quotidienne, dans un site protégé pour lequel vous avez obtenu l’autorisation, … toute donnée a son importance.

A quoi servent vos observations ? Et nous en arrivons ainsi à notre réseau d’observateurs… Des tas de données nature sont disponibles quant à l’état de la faune et de la flore en Wallonie mais pour nos six communes, il reste pas mal de choses à affiner. Savoir si une espèce est bien présente ou non, si elle fréquente votre jardin, si les pêcheurs l’observent au bord de l’eau… Très concrètement, plus il y a d’yeux et plus précise est l’information.

L’état de la faune ou de la flore est aussi le reflet de la santé de l’environnement. Alimenter les sites d’encodage (OFFH, observations.be), participer à des recensements, à des inventaires, c’est permettre la création d’atlas, c’est permettre de protéger ce doit l’être et c’est vous rendre utile, …

Les sites d’encodage Deux sites partagent la récolte de données nature pour quasi tous les groupes taxonomiques observés dans la nature.

Il s’agit de www.observations.be, généralement bien connu des naturalistes et dans lequel nous avons souhaité créer une sous rubrique www.pndo.observations.be. Elle sélectionne automatiquement les données locales des six communes composant le territoire du Parc naturel et vous pouvez y encoder vos propres données de la même façon.

Le second, émanant du DEMNA (Département de l'Etude du milieu naturel et agricole) et disponible sur le site de la région wallonne s’appelle OFFH, entendons par là : l’Observatoire de la Faune, de la Flore et des Habitats. Ce site (http://observatoire.biodiversite.wallonie.be) accessible depuis quelques années est destiné à l’encodage en ligne de différentes données biologiques générées par les observations des utilisateurs désireux de s’inscrire et de partager leurs découvertes naturalistes.

Si vous souhaitez faire partie du réseau, vous perfectionner lors d’une formation, participer à un inventaire, ou si vous éprouvez des difficultés pour l’encodage de vos observations, prenez contact avec nous.