AccueilLes projets du Parc naturelProjets européensInterreg "Pierre Sèche"

Les murs en pierre sèche dans la grande région : protection, restauration et valorisation d'un patrimoine à haute valeur naturelle et paysagère

Patrimoine présent depuis des siècles à travers le monde, la construction en pierre sèche est aujourd'hui reconnue pour ses nombreuses qualités en particulier écologiques, paysagères et agronomiques. Malheureusement les édifices en pierre sèche et le savoir-faire lié à cette technique sont toujours en voie de disparition. Pour tenter d’inverser ce phénomène, des partenaires français, luxembourgeois et belges se sont accordés pour mener ensemble un projet de coopération.

Le Parc Naturel des Deux Ourthes est le chef de file dans ce projet « pierre sèche » du programme transfrontalier de coopération territoriale européenne, Interreg Va Grande Région. Le projet doit durer de septembre 2016 à août 2020, soit 4 ans, et il a pour budget global 3.469.902 € à répartir entre les opérateurs partenaires. Le projet bénéficie d’une part de financement européen, mais ce sont également les régions concernées et les opérateurs eux-mêmes qui contribuent à la prise en charge de l’investissement. Le budget global concernant le PNDO est de 525.900 € pour les 4 années, avec l’engagement d’un chargé de mission à temps plein.

Plus précisément, les actions seront menées conjointement par 7 partenaires : le Parc naturel des deux Ourthes (B) [chef de file], le Parc naturel Haute Sûre Forêt d’Anlier (B), l’Institut du Patrimoine Wallon (B), le Naturpark Mëllerdall (L), la Fondation Hëllef fir d’Natur (L), le Parc naturel régional de Lorraine (F), la Fédération Française des Professionnels de la Pierre Sèche (F).

Parti d’enjeux communs comme l’identification du patrimoine en pierre sèche et le besoin en formation et en formateurs en Grande Région, le projet se développera autour de plusieurs actions principales sous-tendues par une volonté d’améliorer la biodiversité sur le territoire.

Un inventaire augmentera la connaissance du patrimoine culturel et naturel lié aux murs existants. Il permettra de choisir des lieux de formations menées ensuite par l’IPW et la FFPPS pour différents publics, mais également de cibler des lieux de restauration de murs, alors effectuées par des professionnels de la Grande Région. Des échanges transfrontaliers permettront de développer de nouvelles collaborations pérennes autour du savoir-faire de la pierre sèche. Une valorisation paysagère et des activités pédagogiques sont également prévues.

Toutes les actions (restaurations, formations et transfert de compétences, communication, etc..) de ce projet « pierre sèche en Grande Région » concourent aux mêmes objectifs. Elles permettront d’apporter un atout supplémentaire dans la sauvegarde d’un patrimoine commun, d’être une vitrine du territoire de la Grande Région de manière à conscientiser un large public et de dynamiser le secteur grâce à la transmission du savoir et du savoir-faire.