Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le parc naturel et ses grands projets européens

Depuis sa création en 2001, le Parc naturel des deux Ourthes a participé, en tant que porteur de projet ou comme partenaire, à de nombreux projets transfrontaliers. Ces projets toujours très ambitieux s’inscrivent dans une politique européenne. Au fil du temps, ils ont fait évoluer notre territoire, en voici une petite description

2020-2028 : Projet Life vallées ardennaises

Prévu jusqu’en 2028, ce projet vise, par de nombreuses actions à restaurer les vallées des bassins de l’Ourthe, l’Amblève, la Vesdre et l’Our. Chaque partenaire se chargera d’une ou plusieurs actions sur tout le territoire du projet. Les deux chargées de missions du Parc naturel des deux Ourthes travaillent principalement sur les aménagements en faveur des chauves-souris dans les forêts et sur les ponts et barrages.

2021 -2022 : LIFE intégré au sein du site Natura 2000 « Bassin inférieur de l’Ourthe occidentale ».

Choisi pour sa grande biodiversité, ce site a servi, pendant 2 ans, de site pilote et contribué à atteindre les objectifs Natura 2000 de conservation de la nature.

Comment ? De nombreuses aides financières sont disponibles pour mettre en œuvre des travaux améliorant la biodiversité mais soit elles sont méconnues, soit la charge administrative semble trop compliquée. Le Parc naturel a servi de relais pour apporter une aide concrète aux propriétaires privés désireux de se lancer dans l’aventure.

Avant

Après

2004 – 2007 : Restauration écologique transfrontalière des fonds de vallées et des zones humides enrésinées.

L’objectif de ce projet ? Recréer les couloirs de communication et d’échanges pour de nombreuses espèces animales et végétales en libérant, entre autres mesures, les fonds de vallée plantés de résineux et en signant une convention avec les propriétaires qui s’engageaient à ne pas replanter ces zones de résineux ni de peupliers pendant une durée de 30 ans. En raison des bons résultats obtenus, le projet a été prolongé pour une durée de 3 ans avec entre autres un volet « sensibilisation » du monde sylvicole vers le grand public et les enfants via un programme d’animations dans les écoles.

2017 - 2022 : Le Parc naturel des deux Ourthes à vélo

Ce projet a eu pour but l’étude et la conception d’itinéraires vélos ainsi que sa promotion sur l’ensemble du territoire. Un deuxième volet de ce projet consistait à installer un réseau cyclo de type « points nœuds » sur l’ensemble du territoire. L’idée était de faire suite à notre volonté de développer un tourisme doux sur le parc naturel. Après un long travail de préparation cartographique, 400 km d’itinéraires ont été validés par nos 6 communes et balisés.

2017 - 2022 : DEFI-LAINE

Sur notre territoire, de nombreux éleveurs d’ovins ne possèdent que quelques moutons et il est difficile pour eux valoriser leur laine, tel était l’objectif de ce beau projet. En partenariat avec l’AIVE, les récyparcs servaient de lieu de dépôt pour la collecte annuelle. D’autres lieux de dépôt chez des particuliers ont également été mis en place. Hormis la collecte de laine, une formation au tri, des partages de connaissance sur les moutons et la laine et la création d’un produit en laine des parcs naturels ont été mis en place dans le cadre de ce projet. Pour la création du « produit laine », le choix s’est porté sur la réalisation d’un géotextile, il servira notamment à l’entretien des arbres fruitiers.

2016 – 2022 : Les murs en pierre sèche dans la Grande Région

Depuis 2012 déjà, et un partenariat entre le GAL (groupe d’action locale) et le PNDO, les murs en pierre sèche faisaient l’objet d’une attention particulière. Pendant 6 ans, un projet Interreg porté par le Parc naturel des deux Ourthes a visé à la protection, la restauration et la valorisation de ce patrimoine à haute valeur naturelle et paysagère. Restaurations de murs, organisations de formations qualifiantes, actions de sensibilisation, animations dans les écoles … autant d’exemples d’actions visant à la préservation de ce patrimoine inestimable.

2017 – 2021 : projet AGRETA (Ardenne Grande Région Eco Tourisme et Attractivité)

Ce projet touristique visait à positionner l’Ardenne en tant que « destination verte », il a permis de réaliser un diagnostic et une évaluation de l’attractivité de l’Ardenne liée au tourisme durable. Itinéraires à cheval, gîtes d’accueil ou ferme équestre, sensibilisation au tourisme durable, mise en place de dispositifs en faveur de la biodiversité, voici quelques exemples d’actions mises en place. Une dizaine de gîtes ont répondu à l’appel et se sont engagés à mettre en place des mesures telles que la pose de nichoirs, la « pédagogie » au tri des déchets ou à l’économie d’énergie…. Des malles pédagogiques leur ont été fournies pour sensibiliser les locataires. Un jeu des 7 familles permet aussi de façon ludique d’assimiler tous les conseils de bonnes pratiques.

2016 – 2021 : Itinérance aquatique.

Valoriser les milieux humides par la culture et l’art était l’essence de ce projet. L’objectif visé étant de sensibiliser le plus grand nombre à ces zones si précieuses pour la biodiversité mais à l’équilibre si fragile. Pendant la durée du projet, de nombreuses actions ont été menées telles que des ciné débats, des concours et expositions photos, la création d’un spectacle jeune public, la réalisation d’un jeu des 9 familles, une fête du parc axée sur la culture en rapport avec les zones humides, des ateliers de design culinaire…

Mais les deux produits « phare » de ce projet sont, sans conteste,
– la réalisation au sentier d’Orti, d’un parcours artistique. La balade existante au cœur de cette réserve naturelle a été agrémentée de 9 œuvres d’art harmonieusement intégrées à ce lieu enchanteur.
– la mise en place à la confluence des deux Ourthes, d’une sculpture monumentale en acier corten. Appelée « Avolare » par ses créateurs, elle nous invite à l’envol de l’esprit avec ses deux ailes qui tendent vers la rencontre des deux rivières qui ont donné son nom à notre parc naturel.

2009-2012 : A la découverte du patrimoine ardennais.

Ce projet plus tourné vers le tourisme vise à valoriser le patrimoine belgo-luxembourgeois. Après un long travail de repérage, de recherches, de réflexions est née une randonnée de 104 km qui a reçu le label de qualité européen « Leading Quality Trails Best of Europe » La randonnée reliant La Roche-en-Ardenne (Be) à Kautenbach (Lu) est balisée dans les 2 sens et est agrémentée de bancs, tables de pique-nique, panneaux didactiques… Un topoguide reprend tout le parcours avec de précieuses informations sur le patrimoine bâti, culturel, naturel… de notre territoire. Cette randonnée peut être faite en toute indépendance ou avec la formule « Voyage sans bagage » grâce à 2 partenaires privés.

En complément à ce tracé, 6 boucles non balisées physiquement permettent de parcourir l’Ardenne de part et d’autre de la frontière à l’aide de GPS, application pour smartphone et cartes de rando.

Le projet, fort de son succès a été prolongé pour une durée de 3 ans avec de nouvelles actions telles qu’une prolongation de 53 km du parcours côté luxembourgeois avec topoguide à la clé et l’installation d’aires de bivouacs côté belge.

2009 – 2011 : Projet Interreg « Grande région »

Durant 3 ans ce projet a permis de renforcer la coopération entre 9 Parcs naturels de Wallonie, France, Grand-Duché de Luxembourg et d’Allemagne par la mise en place d’une plate-forme d’échanges et d’un réseau des acteurs des Parcs naturels.

2005 – 2010 : Restauration des habitats de la loutre (Projet LIFE)

L’objectif de ce projet, n’était pas de ré introduire la loutre mais bien de recréer toutes les conditions pour que cette espèce « parapluie » trouve tout le confort nécessaire pour son retour naturel sur notre territoire. A cette fin, de nombreuses actions ont été menées afin d’améliorer son cadre de vie et par capillarité celui de nombreuses autres espèces.

Quelques exemples des actions menées :

  • la protection et la restauration des berges et de la ripisylve pour stabiliser les berges contre l’érosion naturelle et améliorer la qualité de l’eau, les frayères et donc la productivité piscicole naturelle des cours d’eau.
  • Le déboisement des fonds de vallée plantés de résineux et conventions avec les propriétaires les incitant à planter des essences feuillues adaptées aux stations, favorables à la loutre et à la biodiversité. (cfr restauration écologique)

 

Citons encore parmi ces actions, la lutte contre les plantes végétales invasives, la création ou la restauration de frayères, l’aménagement de passage à loutres…

Si toutes ces actions n’ont pas, à ce jour, permis le retour de la loutre, elles ont grandement amélioré la qualité de nos ruisseaux profitant à de nombreuses autres espèces.

2005 – 2007 : Grandeur et Intimité des paysages » (projet Interreg)

Ce projet a marqué le début de la prise en compte de la valeur paysagère du parc naturel avec l’identification d’un nombre important de paysages qualifiés de remarquables à très remarquables. L’action principale de ce projet a consisté à l’étude et la cartographie des paysages du territoire des 6 communes, ainsi que des actions et recommandations relatives à ces paysages.

Ce projet a permis, via un bureau d’étude, d’analyser les caractéristiques paysagères de notre territoire. L’étude a abouti à la rédaction d’un « Plan Paysages », cet outil permet tout d’abord d’avoir une meilleure connaissance du territoire et constitue une base plus que précieuse pour les prises de position en matière de gestion paysagère.